Citytrip à Rome

rome_headerCapitale de l’Italie, Rome est très certainement l’une des villes les plus fascinantes de ce pays. Oscillant entre passé et présent, la ville donne à voir un surprenant spectacle avec ses colonnes de temple antiques surgissant derrière les abris de bus et ses églises de style renaissance coincées entre les immeubles d’habitation. Ville d’histoire (mythe de Romulus et Remus, centre de l’Empire romain, un des berceaux de la Renaissance), Rome allie monuments célèbres, quartiers pittoresques et vie animée.

« Weekend à Rome, tous les deux sans personne » chante Etienne Daho. Cela aurait pu être vrai si nous n’étions pas parti en plein été. Bien que nous n’ayons pas vraiment choisi les dates de notre séjour (weekend couplé avec un voyage professionnel), nous ne nous sommes pas sentis oppressés par la foule, il est important de le souligner. Notre petite escape a duré deux jours et nous a permis de visiter une grande partie de la capitale italienne. Toutefois, je vous conseille de prendre au moins trois jours si vous voulez tout voir et ne pas courir d’un point à un autre.

Transports

pln métro Rome

Bus, tramways ou métros, les transports en commun à Rome sont nombreux. La ville compte trois lignes de métro (A, B et C). Les deux premières se croisent à la gare de Rome-Termini et desservent les principaux sites (cité du Vatican, basiliques papales, fontaine de Trevi, Colisée). La ligne C quant à elle ne rejoint pas encore les deux autres et dessert le sud-est de la ville. Des travaux d’extension sont en cours sur cette ligne mais avancent doucement à cause des nombreux vestiges que cachent les sous-sols romains.

Attention, le coeur historique de Rome est mal desservi par les métros. Le plus simple pour éviter les bus bondés aux horaires aléatoires est de se balader à pied et ainsi découvrir tout le charme de cette ville italienne. Pensez à amener de bonnes chaussures !

Pour la liaison entre l’aéroport Rome-Fiumicino et le centre de Rome, je vous conseille de prendre le Leonardo Express qui assure le trajet en 40 minutes (14€ le billet aller).

Hébergement

La contrainte principale a été de trouver un hébergement non loin du lieu où se déroulait les conférences de monsieur (voyage professionnel toussa toussa). Notre choix s’est donc porté sur un hôtel deux pas de la cité du Vatican et de la station de métro Ottaviano (ligne A) : le Catone Vatican Suites. Le gérant est vraiment adorable et l’endroit est très bien entretenu et sécurisé. Si vous décidez de prendre cet hôtel, un petit conseil : notez bien l’adresse et le numéro de téléphone.  Vous risquez d’avoir la surprise de vous retrouver le nez à la porte d’un immeuble des plus banals. Eh oui, tout le charme de ce lieu réside dans le fait qu’il ne s’agit pas d’un hôtel classique mais de quelques chambres aménagées dans un immeuble d’habitation !

Manger à Rome

Comme toute grande ville, Rome regorge de petits restaurants très abordables et très bons. Je ne vais donc pas établir une liste de ces restaurants. Je peux toutefois vous donner l’exemple du restaurant La Mucca Biricchina proche de la basilique Santa Maria Maggiore qui sert un menu entrée + plat (primo e secundo piatto en italien) pour 10€ . Je voulais juste rappeler que de nombreux restaurants notamment aux abords directs des sites historiques peuvent être plus chers et moins bons que d’autres se situant dans les petites rues. N’ayez pas peur de vous promener un peu!

c700x420Une des découvertes culinaires de ce voyage fut la pinsa romana. Non non il ne s’agit pas d’une erreur sur le mot pizza, la pinsa a été inventé avant cette dernière mais lui ressemble beaucoup visuellement. Il s’agit en fait d’une revisite d’une recette antique romaine à base de moutures de céréales (mil, orge, épeautre) auxquels sont ajoutés du sel et des herbes aromatiques et cuits comme un pain ou pain plat (foccacia). Aujourd’hui, les principales caractéristiques de la pinsa romana sont sa forme ovale ou rectangle et sa pâte composée d’huile d’olive et de farines de blé, de soja et de riz qui la rend plus légère et digeste qu’une pizza. Nous avons pu goûter ces petites merveilles à Pinsa ‘Mpò près du Vatican.

Bien évidemment, vous ne pouvez pas aller en Italie sans manger une glace (gelato en italien). Nous avons testé deux glaciers dont l’un à côté du Vatican qui proposait une glace vegan au chocolat (malheureusement impossible de se rappeler l’adresse) et une près de la fontaine de Trevi : Don Nino, charmante boutique mais bondée ce qui se ressent sur l’humeur des serveurs.

Notre vadrouille

Jour 1

Nous avons commencé notre journée marathon vers 9h par la basilique Saint-Pierre et la place du même nom afin d’éviter le plus gros des cars et groupes de touristes. Eglise du Pape, la basilique Saint-Pierre est l’une des quatre basiliques majeures de la ville de Rome. Elle fut en partie construite par de grands architectes tels que Bramante, Michel-Ange ou encore Le Bernin.

Nos pas nous ont ensuite mené devant le château Saint-Ange sur la rive droite du Tibre. Construction romaine, le château a subi de nombreuses transformations (mausolée, forteresse, prison, palais) d’où son aspect éclectique. Un fois traversé le pont Saint-Ange, nous nous sommes dirigés vers la piazza Navona et sa célèbre fontaine des Quatre-fleuves sculptée par Le Bernin. Il s’agit d’une immense place où il fait bon prendre un café sur une des nombreuses terrasses qui bordent celle-ci. Délaissant la piazza Navona, nous avons parcouru les allées du marché de fruits et légumes qui se tenait au Campo de’ Fiori (littéralement « champs de fleurs ») où nous nous sommes régalés de fruits fraîchement coupés (2€ le gobelet de fruits) agréable par cette chaleur.

Nos déambulations à travers les petites rues de Rome ont ensuite débouché devant l’impressionnant monument à Victor-Emmanuel II. Réalisé entre 1885 et 1911, cet immense monument en l’honneur de Victor-Emmanuel II, premier roi de l’Italie unifié en 1861, a été construit pour célébrer les 50 ans de l’Unité Italienne. Ce bâtiment marque aujourd’hui l’entrée dans les quartiers plus antiques de Rome. En traversant la piazza Venezia vers l’est, vous tomberez sur la majestueuse colonne Trajane. Il s’agit d’une colonne romaine de 40 mètres de haut située sur le forum de Trajan. Ses bas-reliefs s’enroulant en spirale commémorent la victoire de l’empereur Trajan sur les Daces (peuple du bassin du Bas-Danube dans l’antiquité). Le forum de Trajan, quant à lui, s’étend de cette colonne jusqu’au Colisée. Financé grâce aux butins ramenés par Trajan de ces campagnes de Dacie, il était composé de plusieurs bâtiments dont des bibliothèques, une basilique et des marchés. Il s’agit d’un des forums impériaux les mieux conservés aujourd’hui.

Arrivés au pied du Colisée et voyant la foule qui attendait, nous avons décidé (après un bon repas) de faire le site archéologique le plus important de Rome qu’est le Forum Romain. Et, oh surprise! Nous avons découvert par la même occasion qu’il était possible d’acheter un billet combiné Colisée + Forum + Palatin valable 2 jours (12€). Un conseil donc : commencez par le forum, cela vous permettra d’éviter la file d’attente interminable du Colisée. Pour la petite histoire, ce haut lieu de la vie religieuse et politique s’est construit petit à petit sur près d’un millénaire (contrairement aux forums impériaux ordonnés par une seule personne) d’où l’impression que la localisation des bâtiments ait été choisie au hasard. Ce n’est qu’avec Sylla puis César et Auguste que le forum a trouvé une cohésion architecturale et adopté la forme d’un quadrilatère.

Après être montés sur le Mont Palatin, l’une des sept collines de la ville de Rome occupé par les ruines d’imposantes demeures construites pour les empereurs, nous sommes sortis du site par le sud vers le Circus MaximusLe Cirque Maxime, dont il ne reste presque rien, était l’hippodrome de Rome. Il sert aujourd’hui pour les grands rassemblements, les festivals et les concerts. A partir de ce point, nous sommes retournés vers la cité du Vatican en longeant le Tibre.
Après une longue pause afin de reposer nos pieds endoloris (parce que, oui nous avons tout fait à pied!) et nous rassasier, nous voilà repartis direction les musées du Vatican et la chapelle Sixtine. En effet, tous les vendredis entre mai et octobre (sauf en août), la cité du Vatican ouvre les portes de ses musées et de la chapelle Sixtine en nocturne de 19h à 23h. Attention, une réservation au préalable est obligatoire pour la visite du soir et toutes les salles ne sont pas ouvertes. Cela reste cependant une bonne alternative pour échapper aux files d’attente et afin d’optimiser sa journée.

Jour 2

Notre deuxième journée d’escapade a commencé par la visite du Colisée. Nous avons pu éviter d’attendre trop longtemps à l’entrée grâce au billet acheté la veille. Le Colisée est surement le monument le plus connu de Rome. Ce grand amphithéâtre, construit entre 70 et 72 ap. J.-C. et achevé en 80 sous Titus, servait pour les combats d’animaux sauvages, les combats de gladiateurs ou encore les spectacles publics. Cessant d’être utilisé au cours du Moyen-Âge, il a plus tard été réutilisé pour des usages variés tels que des habitations, des ateliers d’artisans, une forteresse, une carrière ou encore un sanctuaire catholique chrétien.
Nous avons fini notre découverte des sites antiques de Rome par les impressionnants thermes de Caracalla au sud de la ville. Sur une superficie de onze hectares, ce complexe composé de bains privés et publics mais aussi de gymnases et de salles de massage était le plus grand et le plus luxueux de son époque (216 ap. J.-C.). Les ruines encore présentent aujourd’hui reflète cette grandeur.

Notre vadrouille nous a ensuite mené à la basilique Santa Maria Maggiore. Propriété du Vatican, c’est le plus grand monument mais aussi la plus vieille église consacrée à la Vierge Marie. Dans cette basilique est conservée la première crèche réalisée en pierre datant de 1288. Pour continuer dans luxe papale, nous nous sommes ensuite rendus à la basilique San Giovanni in Laterano dont le titre complet est en français « basilique du Très-Saint-Sauveur et des saints Jean Baptiste et Jean l’Evangéliste, au Latran ». C’est le premier édifice monumental chrétien construit en Occident. Elle fut consacrée le 9 novembre 324 par le Pape Sylvestre Ier et considérée comme la « mère » en ancienneté et dignité de toutes les églises de Rome et du monde. Ces deux basiliques sont d’une splendeur et d’un faste à couper le souffle et mérite amplement d’être visitées. Néanmoins, les autres églises de Rome valent aussi le coup d’œil. Vous tomberez peut-être par hasard sur des œuvres signées Michel-Ange, Raphaël ou Le Bernin.

Nos vacances romaines se sont terminées par un détour à la fontaine de Trevi surpeuplée à cette époque de l’année. Il est presque impossible d’accéder au bord du bassin tant la foule s’y amasse pour jeter une pièce porte-bonheur. Nous nous sommes donc éloignés un peu afin de savourer une bonne glace italienne avant notre départ.

Le seul regret de ce voyage est de ne pas avoir eu le temps d’aller visiter d’autres lieux emblématiques de Rome tels que le Panthéon, la piazzia di Spagna, la Villa Medicis ou encore la Villa Borghese et sa fameuse galerie (réservation obligatoire pour y accéder). Cela nous donne une bonne excuse pour y retourner!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s