La côte amalfitaine et ses sites archéologiques

header_naples

La côte amalfitaine est connue pour la beauté et la diversité de ses paysages. Toutefois, ayant passé mes vacances avec des mordus d’histoire de l’art et d’archéologie, c’est surtout les sites archéologiques (mais pas que) qui s’étendent autour du Vésuve que je vais vous faire découvrir à travers quelques clichés.

Détails pratiques

Hébergement

Etant un groupe de 5 personnes, notre choix s’est porté sur un gîte, la Villa Cantinelle à Trecase (10 mn en voiture de Pompéi). Le logement se situe au rez-de-chaussée de la maison des propriétaires et offre une vue magnifique sur la mer et la baie. Sans vouloir faire de publicité, si vous êtes véhiculés, je vous conseille vraiment cette location. Les propriétaires sont très accueillants et d’une grande gentillesse. On se souvient du plateau de profiteroles faits maison en cadeau de bienvenue. Je vous recommande aussi de goûter leur limoncello (alcool fort à base de citron, spécialité de la région) fait maison lui aussi, à tomber!

Moyens de locomotion

Nous sommes allés dans la région de Naples en voiture. Comme indiqué plus haut, cela nous a bien aidé pour rejoindre notre hébergement, difficilement accessible en transport en commun, et faire les courses.
Mais comme nous avions peur de mourir en voiture nous aimons marcher (20 min de marche entre le logement et la gare), nous avons effectué la majeure partie de nos déplacements en train sur le réseau de chemin de fer de Naples, sa périphérie et du Vésuve : Circumvesuviana. Ce train ne coûte pas très cher (ex : 2,50€/aller pour faire Trecase-Naples) et permet de profiter pleinement des paysages qu’offre la région.

En vadrouille

Jour 1 : Musée archéologique national de Naples

Historiens de l’art et fan du monde antique obligent, nous avons commencé notre périple par Naples et son musée d’archéologie. Ce musée abrite une des plus importantes collections gréco-romaines au monde. On peut y trouver une collection importante de statues en marbre ou en bronze exceptionnelles, une collection de mosaïques dont certaines issues des vestiges de Pompéi, une collection égyptienne ou encore le Cabinet secret qui rassemble peintures, sculptures et mosaïques érotiques.

Jour 2 : Vésuve et Herculanum

L’ascension du Vésuve est vraiment une étape à ne pas manquer. La vue sur la baie de Naples et les alentours du volcan est juste magnifique! Rassurez-vous, bien que celui-ci soit encore en activité, vous ne vous retrouverez pas nez à nez avec de la lave en fusion. Comme pour toute marche ou randonnée, privilégiez tout de même les heures les moins chaudes pour y monter.

Herculanum, Ercolano en italien, est une ville romaine antique détruite par l’éruption du Vésuve en 79 ap J.-C. Bien que moins vaste, cette cité n’a pourtant rien à envier à sa consoeur Pompéi. En effet, il s’agit d’un des sites ensevelis par l’éruption du Vésuve le mieux conservé. Les fouilles ont révélés de remarquables vestiges de maisons, d’oeuvres d’art, d’objets du quotidien (dont certains en bois!) mais aussi de squelettes humains retrouvés dans les abris à bateaux bordant la plage (la mer est 2km plus loin aujourd’hui). Prenez la demi-journée pour découvrir tous les mystères de cette ville.

Jour 3 : Pompéi

Pompéi est surement LE site archéologique à voir dans cette partie de l’Italie. Il faut compter une bonne journée pour explorer la ville antique dans ses moindres recoins. Pompéi constitue un témoignage remarquable sur la Rome antique. La ville est dans un état de conservation telle que notre imagination nous transporte directement au Ier siècle après J.-C.

Jour 4 : Villa Poppaea, Sorrento et Stabies

La Villa Poppaea est une grande demeure située dans la ville romaine d’Oplontis (la moderne Torre Annunziata). Elle appartenait à l’empereur Néron et servait de résidence principale à sa seconde épouse Poppaea Sabina. Cette villa vaut le détour pour ses fresques murales qui sont parmi les mieux conservées de cette époque.

Sorrente (Sorrento, en italien), « une ville sans site archéologique, sérieusement » allez-vous me dire ! Eh oui, après autant de pierres, fresques, statues, mosaïques,… nous avions besoin de retrouver notre chère époque.

Stabies est une ancienne ville romaine, elle aussi, touchée par l’éruption du Vésuve en 79 ap J.-C. Deux villas ainsi que des thermes sont visibles sur le site et des fouilles sont encore en cours.

Jour 5 : Paestum

Changement d’époque avec le site archéologique de Paestum. Appelé autrefois Poseidonia, cette ancienne citée grecque fut construite à la fin VIIe siècle av. J.-C.
Le site est aujourd’hui composé de trois grands temples grecs et d’édifices publics de l’époque romaine dont un forum et un amphithéâtre.
Un musée permet de retracer l’histoire du site du néolithique au Moyen-âge.

Jour 6 : Baia, Cumes et Pouzzoles

Vous pouvez visiter ces trois sites archéologiques avec un seul billet (4€ plein tarif). Il est valable deux jours et donne accès à chacun des quatre sites :

  • Le musée archéologique des champs Phlégréens à Baia :

Ce château aragonais de Baia, édifié par les rois d’Aragon au XVIe siècle, n’est pas à visiter uniquement pour le musée archéologique qu’il abrite. En effet, sa terrasse permet aussi d’avoir une vue exceptionnelle sur le golfe de Pouzzoles.

  • Le parc archéologique de Baia :

Baia a été le lieu exclusif de villégiature de l’élite à l’époque romaine. Le parc se compose aujourd’hui des ruines de structures thermales et de temples.

  • le site archéologique de Cumes (Cumae) :

Ancienne cité de la Grande-Grèce, il s’agit aujourd’hui d’un site archéologique de première importance. La zone archéologique de Cumes comprend l’acropole où se situent la zone sacrée avec les temples de Zeus et d’Apollon, l’antre dit « de la Sibylle » et des thermes.

  • l’amphithéâtre Flavio et le Temple de Serapis à Pozzuoli :

L’amphithéâtre Flavio est le troisième plus grand du monde romain antique. Construit sur 3 niveaux, il était capable d’accueillir environ 40000 spectateurs.
Le Temple de Serapis, quand à lui, est un témoignage unique de l’activité commercial et portuaire de la ville. Il est l’un des meilleurs exemples de « macellum » (marché alimentaire) du Ier-IIe siècle ap. J.-C.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s